Hayti.Net

  • Adapté
  • Large
  • Etroit
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Hayti.Net

Envoyer Imprimer PDF
VOICI CE QUE LES OCCIDENTAUX N’ONT PAS COMPRIS DE L’ECONOMIE MODERNE

de Jean-Paul Pougala (*)

Le Dumping Social, la sous-évaluation de la monnaie chinoise, le Yuan, la concurrence déloyale etc. Voilà quelques-uns des florilèges d'accusations que font pleuvoir sur la Chine la majorité des économistes et politiciens occidentaux. Et si ce beau petit monde était à côté de la plaque ?

La croissance de la Chine et son positionnement stratégique au rang de la première puissance mondiale montante a fait naître un désarroi sans précédent chez les anciens puissants d’hier et la conséquente navigation a vu chez les économistes et politiciens occidentaux qui étaient incontestablement il y a peu de temps les références pour un modèle économique réussi, qui semblait indétrônable. Avec la Chine qui a imposé un nouveau modèle économique, le désarroi est total, et 10 ans après, la boussole leur semble toujours introuvable pour mieux orienter les idées et comprendre de quel côté se trouve le Nord au XXIème, c’est-à-dire à l'Est

Lire la suite...
Envoyer Imprimer PDF

Libye : le chaos, est-ce une surprise?, par Adrian Salbuchi

Libye : le chaos, est-ce une surprise?, par Adrian SalbuchiL’histoire montre que toute attaque et invasion militaire contre un pays souverain débouche sur la mort, la destruction et le chaos, et que cela ne s’arrête pas, une fois, l’invasion menée à son terme. Voyez l’Irak, l’Afghanistan, la Palestine, le Vietnam, l’Irlande du nord, et plus loin dans le temps, la seconde guerre mondiale et la guerre froide.

Pourquoi le cas de la Libye devrait-il donc être différent? Aujourd’hui, les médias se déclarent horrifiés par les combats armés entre factions ; l’agence Reuters vient d’informer que «les chocs entre milices rivales ont fait deux morts et seize blessés, dans le heurt le plus récent entre des groupes armés qui refusent de déposer les armes». Qu’est-ce que l’Occident espérait? La Libye, un pays souverain, a été attaqué et envahi par les forces armées de l’OTAN, sous de faux prétextes, validés par une résolution hypocrite de l’ONU, qui a fait des dizaines de milliers de morts et de blessés libyens; logements et infrastructures bombardés; pillages et un pays poussé dans le chaos total, les dirigeants assassinés, avec leurs enfants et petits enfants, en direct, à la télévision, ce qui a provoqué un éclat de rire retentissant et vulgaire de la secrétaire d’État, Hilary Clinton, en public… Tout cela ressemble beaucoup à ce que le monde a observé, en Irak, tout au long des huit ans qui ont suivi l’invasion… et à l’Afghanistan, donc… et aux 60 dernières années, en Palestine, au quotidien… et à la Serbie, il y a vingt ans, et au Vietnam, il y a quarante ans… Est-ce donc que les puissances occidentales se sont trompées, une fois de plus? Je n’en crois rien. Les garçons et filles qui s’occupent des plans stratégiques, au Conseil des Relations Extérieures (Council on Foerign Relations – CFR), la Commission Trilatérale, l’American Enterprise Institute et l’AIPAC, ont trop d’expérience, pour que nous puissions nous contenter d’imaginer qu’ils trébuchent, à répétition, sur le même obstacle… Cela signifie-t-il, alors, qu’ils ont fait exprès de détruire la Libye? Oui, de toute évidence. Les images que nous voyons, depuis près d’un an, de cet enfer qu’ils ont fait de la Libye, et du «printemps arabe» si mal nommé, avec leurs soulèvements armés, par des «combattants de la liberté», financés, entraînés et armés par la CIA, le M16, le Mossad et l’OTAN, sont tout à fait éloquentes. Les «bureaux des coups tordus» de ces organisations terroristes occidentales ont vraiment bien travaillé!

Lire la suite...
Envoyer Imprimer PDF

FIDEL CASTRO: La paix mondiale tient à un fil

Publié le par stephel

J’ai eu le plaisir, hier, de converser calmement avec Mahmoud Ahmadineyad que je n’avais plus vu depuis septembre 2006, voilà plus de cinq ans, quand il était venu à La Havane participer à la Quatorzième Conférence au sommet du Mouvement des pays non alignés qui avait élu Cuba pour la seconde fois à la présidence de cette organisation pour la durée prévue de trois ans.

Conversation avec les dirigeants des pays non alignés

J’étais tombé gravement malade le 26 juillet 2006, un mois et demi avant, et je pouvais à peine me maintenir assis sur le lit. Plusieurs des dirigeants les plus distingués qui assistaient au Sommet eurent l’amabilité de me rendre visite. Chávez et Evo le firent plusieurs fois. Quatre dont je me souviens encore vinrent en début d’après-midi : Kofi Annan, le secrétaire général de l’ONU ; un vieil ami, Abdelaziz Bouteflika, le président algérien ; Mahmoud Ahmadineyad, le président iranien ; et Yang Jiechi, alors vice-ministre et aujourd’hui ministre des Relations extérieures de la République populaire de Chine, en représentation de Ju Jintao, chef du Parti communiste et président du pays. Ce fut vraiment un moment important pour moi qui rééduquais aux prix de gros efforts mon bras droit sérieusement blessé lors de ma chute à Santa Clara.

J’avais commenté avec ces quatre dirigeants des aspects des problèmes complexes que le monde connaissait alors et qui sont le devenus assurément de plus en plus.

Lire la suite...
Envoyer Imprimer PDF

Afrique du sud - Pourquoi Thabo Mbeki critique Twitter

 STUART GRAHAM CAPE TOWN, SOUTH AFRICA - Jan 17 2012


Thabo Mbeki, ancien président de l’Afrique du sud, vient de critiquer Twitter.
Le quotidien sud-africain Mail & Guardian indique que Thabo Mbeki, ancien président de l’Afrique du sud, vient de critiquer Twitter. Dans la ville du Cap (sud du pays), lors d’une conférence internationale visant à «explorer le rôle de l’information dans la construction d’une meilleure société», ce dernier s’en est pris au réseau social:

«Je suis sceptique quant à l’idée d’utiliser Twitter comme un outil de démocratisation de l’information.»

Mbeki, ne s’arrête pas à la critique du réseau social et remet en question l’ensemble du Web:

«Si vous voulez parlez d’une information en rapport avec l’amélioration de la société, je ne crois pas que ce soit le lieu approprié. Même Internet en général, le blogging et ainsi de suite, ce n’est pas l’endroit pour théoriser ce genre de choses.»

Pour l’ancien chef d’Etat, de fausses informations ont été utilisés pour déclencher l’opération militaire en Libye de 2011.

«Une fausse information indiquait que le régime de Kadhafi était sur le point de massacrer des millions de civils.»

«Cela a justifié l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne qui a servi de couverture pour renverser le gouvernement libyen et imposer un régime approuvé par les puissances occidentales qui y trouvaient leurs intérêts.»

En 2009, le Conseil européen affirmait qu’une épidémie de grippe porcine allait se propager. Pour l’ancien chef de l’Etat, cette «fausse information» a été diffusée pour les intérêts des compagnies pharmaceutiques.

L’homme politique observe que, de manière générale, le poids de médias est de plus en plus important en Afrique du sud:

«Les médias deviennent un véhicule important de circulation de l’information.»

«Surtout que les lecteurs ont confiance en ces médias. Donc ils pensent que si ça vient du journal, c’est vrai… Thabo Mbeki a volé une demi-douzaine d’œufs. C’est la vérité puisque ça vient du journal.»

La conférence était composée de divers intervenants: des universitaires issus des quatre coins du monde, des dirigeants d’entreprise ou d’ONG, et des législateurs, ajoute Times Live.

L’ex-dirigeant sud-africain a également déclaré lors de la conférence que 2012 était une année importante pour les Africains car elle marque «le centenaire holistique de l’African National Congress (ANC), le premier mouvement de libération post-moderne sur le continent».

>

Page 8 sur 8

Résistance

Fanmi Lavalas

Vous êtes ici : Accueil