L’Occident contre le reste du monde : C’est l’heure du divorce

 

par Dmitry Orlov

J’interromps notre programme régulier pour vous apporter un flash d’information en provenance de la conférence de Davos qui se déroule actuellement. Plus de 2700 participants sont présents, sans aucun Russe, Chinois ou Iranien, et bien que des délégations de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis soient présentes, leur nombre n’est pas comparable à celui des années précédentes.

Les sujets de discussion sont nombreux, mais le principal est la récession – plus précisément, non pas la récession en tant que telle, mais l’attente de son arrivée imminente.

Sur les 4410 chefs d’entreprise interrogés par PriceWaterhouseCoopers en octobre et novembre de l’année dernière, 74% prévoyaient une baisse de la croissance mondiale au cours des 12 mois à venir. Cet indicateur est le pire depuis que PWC a commencé à réaliser ces enquêtes en 2011. Deux chefs d’entreprise sur cinq ont également exprimé l’appréhension que leur entreprise ne soit plus là dans dix ans.

L’actuelle conférence de Davos est intéressante dans la mesure où, pour la première fois de son histoire, l’Occident s’est séparé de ses concurrents géopolitiques de manière aussi flagrante et publique, ce qui signifie que l’appellation « Forum économique mondial » reste un simple vestige d’une époque révolue : elle ne représente plus le monde entier.

Le WEF a publié une enquête distincte auprès des économistes en chef des entreprises, dont les deux tiers estiment que la récession devrait arriver au cours de l’année 2023, 18% d’entre eux déclarant qu’une baisse de l’activité économique est « hautement probable et inévitable ».

Il est remarquable qu’au cours des dernières années, Davos se soit transformé en une fête politique plutôt qu’en une conférence économique, mais en 2023, il a été contraint de revenir à ce sujet impopulaire qu’est l’économie ; apparemment, la crainte du sort de leurs portefeuilles l’emporte sur l’envie de haranguer sans fin la grande méchante Russie, l’horrible Poutine, la Chine autoritaire et le révisionniste Xi. Davos empêche une grande partie de l’économie mondiale de discuter de ses problèmes communs évidents. Cette situation est clairement caractérisée par une certaine idée qui apparaît de plus en plus fréquemment.

Cette idée est que les dirigeants financiers secrets du monde – s’ils ont jamais existé – ont perdu leur mojo et leurs leviers de contrôle secrets ne sont plus connectés à rien de réel. S’ils avaient encore le contrôle, la folie absolue de l’Ukraine contemporaine ne serait pas autorisée à exister. Vous pouvez croire que les politiciens européens sont des idiots (c’est difficile de ne pas y penser) mais pas les dirigeants des grands groupes industriels, et le fait que l’Occident s’enfonce dans une crise structurelle en dit long sur la désintégration d’un système unique de gouvernance, du moins en ce qui concerne l’Occident.

Au cours de l’année écoulée, il est devenu évident que le rôle de la Russie dans l’économie mondiale n’est pas aussi insignifiant qu’il n’y paraissait. D’un seul geste de la main, le Kremlin peut faire basculer non seulement les marchés de l’énergie, mais aussi de nombreux autres marchés, notamment ceux de l’alimentation, des engrais, des métaux, des gaz industriels et des terres rares.

Et lorsqu’il s’agit de la Chine, toute tentative de déconnecter les voitures chinoises du train mondial risque de se transformer en acte de suicide. En effet, pendant des décennies, l’Occident a déversé en Chine de l’argent, des technologies et des équipements pour fabriquer tout ce qu’il jugeait lui-même insuffisamment rentable ou trop polluant.

Et maintenant, l’Occident, réveillé comme s’il sortait d’un mauvais rêve, décide soudainement de revenir aux conditions qui prévalaient dans les années 1950 et 1960, sans l’énergie et les métaux de la Russie et sans les terres rares ou la production industrielle de la Chine. L’actuel Davos est intéressant à observer : nous y avons vu des capitaines d’industrie occidentaux envisager de manière réaliste la possibilité de survivre sans tout cela et réaliser soudainement qu’il existe un certain nombre de produits et de marchandises qu’ils ne seront pas en mesure de remplacer – ni maintenant, ni jamais.

Il y a un autre facteur très important qui inquiète les entreprises occidentales encore plus que le chaos politique et même militaire, et c’est le rétrécissement rapide du marché du travail. Il s’avère soudain que la compétence technique est bien plus importante dans ce meilleur des mondes que la diversité, les seaux débordants de genres ou même les plumes colorées qui sortent du derrière d’une personne. L’Occident, qui depuis plusieurs générations repousse le personnel technique clé vers l’Asie du Sud-Ouest, ne sait pas comment le faire revenir et n’est même pas sûr que cela soit possible.

Voici un exemple simple : il y a quelque temps, le groupe chinois FAW a débauché les principaux ingénieurs et spécialistes de Rolls Royce, ainsi que son designer en chef. Les Chinois ne disposent pas seulement de technologies modernes, mais aussi d’un excellent design, et ils n’hésitent pas à verser à ces personnes des salaires que les entreprises occidentales ne peuvent plus se permettre. Et comme ils ne peuvent pas se permettre de rivaliser sur le plan salarial, il est inévitable qu’à un moment donné, des entrepreneurs chinois souriants, munis de valises d’argent, se présentent et s’emparent des dernières technologies de pointe. C’est ainsi que l’Occident a perdu Volvo et Lotus et tout un tas d’autres entreprises de pointe.

Malgré l’imminence de la récession, 60% des dirigeants ne prévoient pas de licencier des travailleurs, et 80% ne prévoient pas de réduire les rémunérations : ils conservent leur personnel technique. Néanmoins, leurs sorties cette année devraient être assez importantes. « Le pouvoir reste entre les mains des employés qui ont les compétences nécessaires », a déclaré Bob Moritz.

Chaque situation est différente, mais en général, les Chinois sont bien préparés à des percées technologiques qui ne sont plus possibles pour l’Occident pour des raisons à la fois économiques et politiques. Le maudit autocrate et révisionniste Xi est capable de concentrer les ressources dans des directions prometteuses alors que les entreprises occidentales ne peuvent plus jouer ce jeu. Non pas parce qu’elles n’en sont pas capables, mais parce qu’elles n’ont plus les ressources nécessaires et qu’elles ne les auront jamais, à moins que l’Occident réuni n’embrasse soudainement et de tout cœur le communisme ; et s’il le fait, alors quel aurait été le but exact de la guerre froide ?

Le grand problème, c’est que si tous sentent qu’une énorme transformation s’impose, aucun d’entre eux ne sait comment ni vers quoi elle doit aller. Ils ont certainement ressenti le coup de pied au cul et ils sentent que cela les a fait voler, mais ils n’ont aucune idée de leur destination et il n’y a pas de GPS pour les aider. S’envolent-ils vers l’Amérique (où le pétrole de schiste a atteint son pic et est promis à un déclin rapide), ou vers la Chine, ou le Brésil, ou même la Russie ? Ils n’en ont aucune idée, mais ils sont sûrs qu’il est inutile, et très coûteux, de continuer à faire des affaires en Europe, compte tenu des prix sans limites de l’énergie et des matières premières.

Le Davos actuel confirme qu’un divorce est en train de se produire entre l’Occident global et le reste du monde, et ce qui va suivre ne remplit ni les participants ni les organisateurs du WEF d’optimisme. Il semble que le reste du monde va garder la maison, la voiture, les enfants et les comptes bancaires, tandis que l’Occident sera contraint d’emménager dans une camionnette au bord de la rivière et de boire beaucoup en se lamentant sur son sort.

 

Comments est propulsé par CComment