Hayti.Net

  • Adapté
  • Large
  • Etroit
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Hayti.Net

Envoyer Imprimer PDF

La République Française s´abîme dans son racisme

 

Guéant le barbare : pourquoi Letchimy a raison

mediapart


« Toutes les civilisations ne se valent pas », a donc déclaré en 2012 un ministre de la République, évoquant des civilisations « plus avancées » que d’autres ou « supérieures » à d’autres, puis précisant que « ce qui est en cause, c’est la religion musulmane » . Un député de la Nation lui a répondu que c’était « une injure faite à l’homme », sur le fumier de laquelle avaient poussé ces « idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration ». Face à l’ignominie proférée par ce ministre, Claude Guéant, ce député, Serge Letchimy, a sauvé notre honneur. Démonstration dans ce parti pris.

Il est des temps de déchéance nationale où l’on en vient à avoir honte non seulement des dirigeants de son pays, mais aussi de cette presse qui accompagne leur bassesse. C’est ainsi qu’au lendemain de l’intervention à l’Assemblée nationale du député (apparenté PS) de la Martinique et président de son conseil régional, on lit, mercredi 8 février, dans Le Figaro (en manchette de Une) et dans Libération (en page 12, dans le corps de l’article) le même mot : « dérapage ». « Le dérapage du député Letchimy efface celui de Guéant », écrit le quotidien classé à gauche, tandis que le brûlot de la droite titre : « Le dérapage d’un député PS enflamme la campagne ».

Lire la suite...
Envoyer Imprimer PDF

Oligarchies

Ces milliardaires qui spéculent sur l’avenir de la planète

Par Ivan du Roy, Sophie Chapelle

Ils possèdent des compagnies pétrolières, des gazoducs, des mines, des aciéries et même des médias. Ils influencent gouvernements et institutions pour empêcher toute réglementation trop contraignante. Et figurent parmi les plus grandes fortunes mondiales. Un rapport d’un centre de recherche aux États-Unis les considèrent, du fait de leur puissance et des pollutions que leurs activités génèrent, comme la plus grande menace qui pèse sur l’environnement et le climat. Qui sont ces multimilliardaires qui bâtissent leur fortune en hypothéquant l’avenir de la planète ?

Action du « Sauvons les riches »

Ils sont 50. Cinquante milliardaires à être pointés du doigt pour leur responsabilité individuelle dans la dégradation du climat. Ils tirent leurs richesses d’activités très polluantes, et n’hésitent pas à dépenser des millions pour influencer gouvernements et opinions. Leurs fortunes cumulées représentent 613 milliards d’euros. À 50, ils pèsent financièrement davantage que le Fonds européen de stabilité, censé défendre la zone euro – 17 pays – contre la spéculation. C’est dire la puissance qu’ils possèdent. C’est cette aberrante concentration de pouvoir que dénonce un rapport du Forum international de la globalisation (IFG), un institut indépendant installé à San Francisco, qui regroupe économistes et chercheurs, dont l’Indienne Vandana Shiva ou le Canadien Tony Clarke, connus pour leurs combats face aux abus des multinationales.

Leur volumineux rapport, Outing The Oligarchy [1], a pour objectif « d’attirer l’attention du public sur les individus ultrariches qui profitent le plus – et sont les plus responsables – de l’aggravation de la crise climatique ». Du fait des pollutions qu’ils génèrent et de leur lobbying pour défendre les combustibles fossiles, ce groupe de milliardaires constitue, selon l’IFG, « la plus importante menace qui pèse sur notre climat ». L’institut a donc décidé de mettre des visages et des noms sur cette menace. Pour que les « 99 % » qui subissent les conséquences de leur enrichissement démesuré – pour reprendre la formule du mouvement Occupy Wall Street – sachent de qui on parle. Une sorte « d’outing » forcé.

L’homme qui valait 63,3 milliards

Ces 50 milliardaires sont états-uniens, russes, indiens ou mexicains. Mais aussi brésiliens, chinois (de Hong-Kong) ou israéliens. Certains sont bien connus en Europe : Lakshmi Mittal, PDG du géant de la métallurgie ArcelorMittal, Rupert Murdoch, le magnat des médias anglo-saxons, Silvio Berlusconi, l’ancien Premier ministre italien aux 6 milliards de dollars, Roman Abramovich, propriétaire du club de foot de Chelsea… D’autres sont anonymes pour qui n’est pas un lecteur assidu du classement des grandes fortunes édité par le magazine Forbes. Des anonymes pas comme les autres. Ils possèdent des compagnies pétrolières, des mines, des médias, une armée de gardes du corps.

Lire la suite...
Envoyer Imprimer PDF

Hayti.net en métamorphose


Depuis l´agression  néocolonialiste du 29 février 2004, Hayti.net participe dans la lutte contre un "Ordre mondial injuste et inhumain". Avec l´année 2012 l´Humanité aborde une étape décisive où la domination des esprits devient un impératif pour la survie de cet Ordre imposé aux peuples.

Pourtant, puisque l´ordre mondial actuel fonctionne à contre-courant de l´ordre cosmique, c´est-à-dire en porte-à-faux avec les principes Universels, la caste oligarchique mondiale doit recourir à des artifices parfois des plus inhumains pour cimenter leur domination. l´Objectif, c´est la lutte pour le controle absolu des esprits.

les moyens et techniques de communications ont une fonction de prédilection dans cette bataille qui ne prendra fin seulement avec l´émergence d´un nouveau paradigme.
Par conséquent, les explications, prises de position de certains acteurs au service de la caste oligarchique dominante ne doivent pas être analysées (vu leur degré de duplicité, la trahison de leurs propres principes) en terme de convictions idéologiques ou de stratégies politiques, mais plutôt comme un échafaudage dans  la lutte pour le contrôle absolu des esprits.
Ils entretiennent un édifice de Réflexes Idéologiques, implantés dans l´esprit de chaque habitant de notre planète, à l´image du chien de Pavlov. Ce processus de zombification de l´Humanité doit se perpétuer à l´infini, sinon l´entropie populaire pourrait anéantir cette Tour de Babel dans un élan apocalyptique qui renverrait l´humanité à son point d´origine.

Par  conséquent la communication est devenue aujourd’hui un facteur fondamental dans le maintien de la puissance. La parole n´a qu´un seul but, c´est le maintien et le renforcement de l´édifice idéologique. Oui! “seul compte le résultat de communication”,

« Aucun parti, aucun gouvernement », d’un petit pays ou d’une grande nation, ne puisse modifier par l'action politique l’ensemble des choses jusqu’à modifier les rapports de domination mondiale d'une manière à renverser la trajectoire apocalyptique en cours. Ridicule. Par conséquent, des effets politiques tangibles ne présentent pour le moment aucun intérêt.

Ce qui devrait intéresser, c´est la balance des tendances dans cette guerre de communication, ... justement à cause du poids de la communication comme facteur majeur de la puissance ; par conséquent, les tendances qui s’expriment au niveau de la communication constituent des événements réels intervenant d’une façon concrète dans l’équation de la puissance.

Rendez-Vous dans le Futur!

Hayti.net ---->
Accuel!

Envoyer Imprimer PDF
Les crimes de guerre de l’OTAN, en Libye (rapport)…
Publié le 28 janvier 2012 par stephel

Les crimes de guerre de l’OTAN, en Libye (rapport)…
Publié le 28 janvier 2012 par stephel
Un rapport, publié, la semaine dernière, par des groupes de défense des droits de l’Homme, au Moyen-Orient, décrit, dans le détail, les crimes de guerre commis par les États-Unis, l’OTAN, et leurs forces interposées «rebelles», lors de la guerre, en Libye, l’an dernier, qui a renversé le régime du colonel Mouammar Kadhafi.

Le rapport, intitulé, «Report of the Independent Civil Society Fact-Finding Mission to Libya», dévoile les résultats d’une enquête, menée, en novembre dernier, par l’Organisation arabe des droits de l’Homme, le Centre palestinien pour les droits de l’Homme, ainsi que l’ »International Legal Assistance Consortium ». Basé sur des interviews avec des victimes de crimes de guerre, des témoins et des représentants de la Libye, situés, à Tripoli, Zawiya, Sibrata, Khoms, Zlitan, Misrata, Tawergha et Syrte, le rapport appelle à une enquête, sur les attaques de zones civiles, par l’OTAN, lors desquelles de nombreuses personnes auraient été tuées ou blessées. Les bombes et les missiles de l’OTAN ont, entre autres, été dirigés contre des écoles, des bâtiments gouvernementaux, au moins, un entrepôt alimentaire et des maisons privées.
 
Lire la suite...
Envoyer Imprimer PDF

Pétrole, dollar, or, Iran : qui isole qui ?

Une délégation indienne s’est rendue en Iran pour mettre au point les modalités de paiement du pétrole iranien en fonction de l’embargo imposé à l’Iran par les USA et l’Europe. (L’Inde importe pour $12 milliards de pétrole iranien par an, soit 12% de sa consommation.) Le résultat est le choix de l’or pour ce paiement, selon DEBKAFiles du 23 janvier 2012. L’information est reprise par PressTV.com (site iranien) le 24 janvier 2012, ce qui semble apporter la caution implicite de sources iraniennes. La Chine devrait suivre cette voie, tandis que des mécanismes bancaires sont mis en place pour permettre ces transactions, notamment avec des banques turques. La Russie doit également mettre en place une structure de cette sorte pour ses transactions avec l’Iran.

Lire la suite...
Envoyer Imprimer PDF

L’université Henry Christophe est un acte reparatoire aux victimes du massacre de 1937

Par Joël Léon

 

Henri Christophe
L’inauguration du campus universitaire Henry Christophe dans la localité de Limonade, dans le département du nord, suscite beaucoup de controverses. Pour certains, il s’agit d’un acte humanitaire désintéressé de l’état Dominicain a celui d’Haïti qui se trouve en grandes difficultés après le séisme meurtrier qui ravagea le pays en 2010, dont nous venons de commémorer les deux ans. Pour eux, cette action se situe dans la logique d’échange et de solidarité sud/sud qui, ces derniers temps est sur toutes les lèvres en Haïti. Pour d’autres, il s’agit tout simplement d’un acte d’humiliation de la part de la république Dominicaine, un pays qu’Haïti occupa pendant plus de 21 ans. Ils le qualifient « d’université de la honte ». En réalité, de quoi s’agit il ?

L’animosité de la république Dominicaine à l’endroit d’Haïti est largement documentée. Des livres sont publiés à ce propos, des documentaires sont montés, des centaines d’articles sont publiés et des centaines de reportages qui décrivent les relations dégradantes entre les deux pays. Personnellement, c’est un sujet qui m’a toujours fasciné. J’ai déjà produit plus de 4 papiers sur cette matière, sans compter les interventions publiques, radiophoniques et discussions sur le web. Donc, j’ai une certaine maîtrise en ce domaine.


D’abord il y a les rancoeurs historiques qui aveuglent l’élite intellectuelle Dominicaine. En 1822, Jean Pierre Boyer, le nouveau président d’Haïti envahit et occupa la partie Est de l’Ile, sur la demande expresse des habitants de la partie de l’Est, jusqu'à son départ en 1843. A noter que cette occupation a eu lieu sans le tir d’un coup de feu, cela dit qu’un secteur dominant de la vie publique dominicaine voulait la présence haïtienne sur leur territoire. Pendant ces 21 ans, les universités en Dominicaine furent fermées et un climat de répression avait été entretenu dans le pays. Les intellectuels dominicains, toutes tendances confondues, ont unanimement qualifié ce règne comme obscurantiste et « années perdues ». Aujourd’hui encore, beaucoup pensent que si ce n’était à cause de ces années-la, la Dominicaine aurait pu avoir un meilleur présent. Cette interprétation de l’histoire est répandue constamment dans les écoles dominicaines, à savoir que les haïtiens sont des obscurantistes. Cette haine implacable est transmise de génération en génération.


Rafael Léonidas Trujillo, l’ancien dictateur dominicain, se basa sur cette rancœur historique pour massacrer plus de 35.000 haïtiens en 1937. Beaucoup de compatriotes haïtiens pensent et, a juste titre, que la construction de ce centre universitaire est un acte de réparation et de justice a l’endroit des frères et sœurs assassinés lors de ce carnage. Et, ils croient fermement que l’université devrait porter un nom approprié aux victimes du génocide, surtout lorsqu’on considère que l’accord de réparation conclu entre les gouvernements haïtien et dominicain, sous l’œil bienveillant du président américain Franklin D. Roosevelt, pour que Trujillo verse 750.000 dollars aux parents des victimes n’a jamais été honore. Donc, la construction de l’université Henry Christophe n’est pas un acte humanitaire, mais une dette historique a l’endroit du peuple haïtien.

Lire la suite...

Page 7 sur 8

Résistance

Fanmi Lavalas

Vous êtes ici : Accueil