L’imminence de l’embrasement mondial est à un point critique du basculement.

Le coupable est l’Homme de Kiev, par sa victimisation, sa comédie et ses pleurnichages auprès de l’UE et des ONU. Son irresponsabilité et son égoïsme, lui ont valu la complaisance toute aussi coupable, de ces deux Institutions, en violant ouvertement le « Traité de Minsk ».

« L’Aigle » aura repris son envol dévastateur, avec l’arrivée du nouveau locataire de la « White House », un guerrier encore plus belliqueux que furent plusieurs de ses prédécesseurs, dont la « Guerre » est leur fond de commerce. Il faut admettre que les financiers se réjouissent des intérêts que génèrera cette action, la spéculation déjà outrancière, atteindra alors, des sommets, et causera encore plus de précarité dans le monde et le précipitera d’avantage dans la famine et la pauvreté!

Les escroqueries et la manipulation des « cols blancs », ces manchots politiques ne sont pas en reste. Ils n’ont aucun scrupule de manger aux râteliers les plus savoureux, et de se remplir « le fion » par lequel rentre l’oseille. Il n’est dès lors pas étonnant qu’ils promulguent la décadence et la déchéance de notre société. Tout est bon pour avérer leurs mensonges en utilisant des crédules, des faibles d’esprit envieux d’un certain rang dans cette société pervertie, de gens avides de pouvoir et de richesses faciles. Ils font en sorte de monter les hommes les uns contre les autres en exacerbant  les inégalités, la jalousie, la rivalité, la convoitise et, la haine entre eux.

Une majorité de nos scientifiques font partie de ce lot et sont aussi coupables de notre décadence. Leurs recherches ne sont plus guidées sur la guérison, mais dans l’unique but de générer du profit au détriment de toutes vies sur Terre, humaine, animale,  végétale. Ils nous en culpabilisent, alors que ce sont eux-mêmes qui « dénaturent » sans aucun scrupule notre environnement, notre habitat, notre propre alimentation et la créent artificiellement.

L’utilisation des faiblesses de l’homme d’aujourd’hui, le rend complaisant à l’ignorance, et l’inaction. On le voit dans son évolution, il se sédentarise, devenant enclin aux loisirs, à la lassitude. Sa paresse laisse la technologie prendre le dessus et les rênes de sa propre existence, de sa connaissance, sans la moindre réflexion, et le rend de plus en plus « oisif et fainéant » !  C’est dans la nature humaine, que la faiblesse de caractère, puisse entrouvrir les portes, de la corruption, de la soumission, de la méchanceté et de l’appât du gain.

Il en va de même pour l’espace, étudier les autres planètes depuis la nôtre, n’est rien, mais aller dessus va mettre l’humanité face à un péril dont il ne relèvera pas ! Elles sont mortes, ce n’est pas pour rien, et ce que nous en ramènerons causera la mort ici, sur Terre.

En 1492, un chroniqueur espagnole, dans la retranscription du témoignage d’un Ancien du « Nouveau Monde », reprenait en ces termes  » … il y a peu de temps, notre Monde a connu un grand changement ! Cela vous affectera en tous points, jusqu’à sa fin … » !

Nous sommes de plus en plus convaincus, que notre monde est en passe de connaître cette finalité. La « Résurgence* » de la Nouvelle Humanité n’est plus loin.

* Résurgence => Renouvellement, renouveau, renaissance.



De/Von Yves Polynice